La Fédération Française de Rugby à XIII a décidé d’expérimenter l’arbitrage à deux afin de donner encore plus de vitesse et de fluidité au jeu tout en réduisant la pression physique à laquelle sont soumis les arbitres. A l’occasion du Magic Week-End de Carcassonne les 29 et 30 avril 2017, les 5 matchs d’Elite1 seront arbitrés à deux.rugby-a-xiii-soa-vs-st-gaudens-j-et-s5858157023ca0

  • Présentation

Ce modèle consiste à avoir deux arbitres sur le terrain. Tout au long du match leur rôle respectif alternera entre arbitre principal et arbitre assistant.

Lors de la désignation des arbitres, une personne sera désignée comme arbitre principal (d’habitude celui qui aura le plus d’expérience ou sera le plus en forme) et une autre sera désignée comme arbitre assistant. Tout au long du match, un seul arbitre sera en charge du match, à savoir l’arbitre principal. A des moments bien précis, l’arbitre principal transférera le contrôle du match à l’arbitre assistant, ils échangeront alors leur poste respectif et leurs responsabilités.

Le rôle de l’arbitre principal sera d’arbitrer le match, de la même manière que tout autre match en mode solo. L’arbitre principal sera responsable des tenus et de leur décompte et de siffler toute faute quand cela sera nécessaire.

Le rôle de l’arbitre assistant sera le suivant:

  • Il aidera l’arbitre principal à prendre des décisions. L’arbitre assistant aura un angle de vue différent du match étant placé derrière le tenu côté attaquant et dans certains cas, il sera mieux placé pour prendre une décision. L’arbitre assistant transmettra des informations à l’arbitre principal de la même manière que le ferait un juge de touche. Ce sera alors le rôle de l’arbitre principal de donner un coup de sifflet et de prendre la décision qu’il jugera appropriée.
  • Il assistera l’arbitre principal à gérer efficacement le tenu. L’arbitre assistant aura une forte présence au moment du tenu et pourra contribuer à une réalisation rapide et soigné du tenu grâce à une communication adaptée avec les joueurs.
  • Il assistera l’arbitre principal dans tout autre domaine du jeu quand cela sera nécessaire.

Il y aura des moments pendant le match au cours desquels les deux arbitres seront en mode duo. Cela voudra, en général, dire que l’arbitre principal qui aura géré la chaîne technique des six tenus transférera ensuite le contrôle du match à l’arbitre assistant lors du transfert du ballon d’une équipe à l’autre ainsi l’arbitre assistant deviendra l’arbitre principal.

Pendant les autres phases de jeu du match, les deux arbitres officieront en mode solo. A savoir, celui qui aura été désigné comme arbitre principal contrôlera la conduite du match sans transférer le contrôle du match à l’arbitre assistant. Ainsi, l’arbitre assistant passera la majorité de son temps dans la zone du tenu.

 

 

  • Avis de Robert FINCH : responsable des arbitres de NRL

« La saison de NRL de 2009, a vu l’introduction du modèle de l’arbitrage à deux. Ce système a été adopté après une série d’essai au cours de matchs de NRL en 2008 mais aussi au cours de matchs de compétition en junior à la fin de la saison 2008.

Le but principal de l’arbitrage en tandem est de réduire la pression physique à laquelle sont soumis les arbitres et qui est la conséquence des exigences du rugby moderne.

A la vue des mesures GPS effectuées en match, il est clair que l’arbitrage à deux a un impact positif sur les contraintes physiques subies par les arbitres ce qui leur permet de mieux analyser les informations et de prendre des décisions dans un état d’esprit bien plus posé.

Le bilan dressé par tous les acteurs impliqués dans notre discipline a révélé que la présence de l’arbitre assistant a eu un impact positif sur le jeu en remettant de l’ordre dans la zone du tenu avec beaucoup moins de tenus en tenaille et de corps à corps devenus moins communs. Ceci a permis plus de continuité et de synchronisation des lignes d’attaque et de défense et par là même a offert un meilleur spectacle et un meilleur produit. »

D’autres avantages sont :

  • Une meilleure prise de décision grâce à la position de l’arbitre assistant derrière le tenu de l’équipe attaquante
  • Le placement des deux arbitres permet :
  1. une assistance réciproque accrue lors des phases d’essai
  2. des occasions d’attaquer pour les équipes lors du changement de possession
  3. un moindre recours à l’arbitrage vidéo
  4. plus de continuité dans les phases de jeu
  5. deux angles de vue sur toutes les décisions

 

Avis formulés par les arbitres français ayant expérimenté l’arbitrage à 2, le dimanche 9 avril 2017. Mohamed DRIZZA, Benjamin CASTY

« L’expérience de l’arbitrage à deux fut positive. Cette façon d arbitrer apporte un gain dans la pertinence des décisions, une meilleure communication avec les joueurs et réinvente la fonction d’ arbitre. Cela demande une adaptation spécifique surtout dans le placement et les repères, ancrés depuis plusieurs années. On a le sentiment que c’est davantage un sport d’ équipe. La performance devient du coup plus collective. Le Magic week-end devrait profiter de cette avancée. » M.Drizza

« L’arbitrage a 2 est pour moi l’avenir. Cela permet d’éclaircir le jeu, et de « soulager » l’arbitre de champ. De plus ce type d’arbitrage pourrait permettre à d’autres arbitres de monter de catégories et d’uniformiser l’arbitrage,  et pourquoi pas créer des vocations. L’arbitrage à 2 facilite la communication avec les joueurs, ce qui crée un « lien » entre nous et de ce fait un jeu plus fluide plus rapide et certainement plus spectaculaire. Je pense que le stage aura été bénéfique a tous et ne pas voir dans l’arbitrage une montagne de difficultés bien au contraire, il suffit « d’accorder nos violons » et tout se passera le mieux possible. »B.Casty

 

Quelques précisions sur le placement des arbitres

Sur tenu, l’arbitre principal est à 10m, au niveau de la ligne de défense. L’arbitre assistant se met du côté de l’attaque à 3 ou 4 m dans l’axe du tenu, ou légèrement dans le côté fermé.

Sur les actions de jeu au pied placé (Coup d’envoi, de renvoi, pénalité), l’arbitre référent est près du botteur. L’arbitre assistant se place en arrière de la réception présumée.

Sur mêlée, l’arbitre assistant suit la progression du ballon. L’arbitre référent est à 5 m dans la ligne de défense.

Prés de la ligne d’essai, l’arbitre principal se place derrière la défense, dans la zone d’en-but.

LE BILAN

 

Avantages :

Beaucoup de confort physique. «  on est rarement dans le rouge ! »

L’assistant peut énormément communiquer avec les joueurs (il est positionné parmi les attaquants).

Cela pourrait permettre de lancer dans « le grand bain » un arbitre prometteur, mais moins expérimenté. Il sera prioritairement assistant.

Éclaircit le jeu.

Jeu plus rapide, plus fluide.

Arbitrage collectif.

Difficultés :

Inquiétude des joueurs avant le match (plus importante que celle des arbitres).

Le placement …. Les arbitres auront besoin de pratique.

Les repères …. Les arbitres auront besoin de pratique.

La communication entre arbitre principal et arbitre assistant. Besoin d’avoir des duos qui prendront l’habitude de pratiquer ensemble.

PARTAGER

1 commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE